Le Responsable Sécurité des Systèmes d’Information ou Chief Information Security Officer est une fonction clé sur laquelle repose en grande partie la réussite du programme sécurité. Sous cette dénomination se cache des profils différents qu’on peut qualifier suivant plusieurs critères : taille de l’équipe à manager, périmètre de responsabilité, rattachement, enjeux de sécurité de l’entité, poids de la conformité, complexité des systèmes d’informations… La tâche peut paraitre ardue pour le nouveau CISO. Voici les 10 conseils pour bien démarrer (deuxième partie).

Le Responsable Sécurité des Systèmes d’Information ou Chief Information Security Officer est une fonction clé sur laquelle repose en grande partie la réussite du programme sécurité. Sous cette dénomination se cache des profils différents qu’on peut qualifier suivant plusieurs critères : taille de l’équipe à manager, périmètre de responsabilité, rattachement, enjeux de sécurité de l’entité, poids de la conformité, complexité des systèmes d’informations… La tâche peut paraitre ardue pour le nouveau CISO. Voici les 10 conseils pour bien démarrer (première partie).

Le référentiel cybersécurité du NIST américain (National Institute of Standards and Technology) est de plus en plus utilisé par les grands groupes, y compris européens. Conséquence de la loi de 2014 « Cybersecurity Enhancement Act », ce référentiel avait pour objectif initial de définir un socle de mesures de sécurité pour protéger les infrastructures vitales et l’économie américaines. Il s’est imposé comme standard international incontournable de la cybersécurité au même titre que les normes ISO 27000 ou le catalogue NIST 800-53 pour tous les domaines d’activités. Il est maintenant au programme des certifications individuelles en sécurité comme le CISSP, ou le CCSP par exemple.