La démarche ISAE 3402 (International Standard on Assurance Engagements ) permet de gagner en confiance et en transparence dans la relation clients-fournisseurs. C’est une démarche reconnue internationalement qui bénéficie des initiatives américaines de l’AICPA et du support des associations internationales IAASB et IFAC. Ce standard est au programme des certifications individuelles de cybersécurité CISSP et sécurité du Cloud CCSP et CCSK.

Le standard ISO 27018 fournit des bonnes pratiques pour la protection des données à caractère personnel hébergées par les services de Cloud publics. Il complète les clauses de l’ISO 27002 utilisées dans le cadre de la certification des systèmes de management de la sécurité de l’information (SMSI) ISO 27001. Reconnues et appliquées par tous les grands fournisseurs Cloud, notamment américains ces bonnes pratiques sont particulièrement importantes en France car elles sont intégrées à des exigences légales nationales. La plus connue est la certification des hébergeurs de données de santé (HDS) qui impose explicitement la conformité à des clauses de l’ISO 27018. Ces bonnes pratiques sont aussi très intéressantes pour les DPO (Data Protection Officer) pour formaliser les mesures de sécurité entre le responsable de traitement (Data Controller) et ses sous-traitants Cloud (Data Processor) en application du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

Le standard ISO 27018 fournit des bonnes pratiques pour la protection des données à caractère personnel hébergées par les services de Cloud publics. Il complète les clauses de l’ISO 27002 utilisées dans le cadre de la certification des systèmes de management de la sécurité de l’information (SMSI) ISO 27001. Reconnues et appliquées par tous les grands fournisseurs Cloud, notamment américains ces bonnes pratiques sont particulièrement importantes en France car elles sont intégrées à des exigences légales nationales. La plus connue est la certification des hébergeurs de données de santé (HDS) qui impose explicitement la conformité à des clauses de l’ISO 27018. Ces bonnes pratiques sont aussi très intéressantes pour les DPO (Data Protection Officer) pour formaliser les mesures de sécurité entre le responsable de traitement (Data Controller) et ses sous-traitants Cloud (Data Processor) en application du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).

Voir la première partie pour le mode d’emploi du standard et l’adaptation des clauses existantes.

Le référentiel 800-53 est un document important produit et régulièrement mis à jour par la NIST américain depuis sa création en 2005. C’est un catalogue structurant pour les agences publiques américaines dans le cadre de leur mise en conformité FISMA avec le FIPS 199 pour la catégorisation du système et le FIPS 200 pour le choix des niveaux d’impact et la sécurité associée. Au-delà des Etats-Unis, ce référentiel est aussi beaucoup utilisé par les groupes internationaux, y compris européens. Il se révèle très pratique pour sélectionner des mesures de sécurité et des niveaux de protection, dans tous les domaines de la cybersécurité : gouvernance, systèmes, contrôle d’accès, réseaux, systèmes, ressource humaines, cryptographie…C’est un bon complément du NIST Cybersecurity Framework qui est aussi très répandu en dehors des Etats-Unis.

La certification HDS qui a remplacé la procédure d’agrément est obligatoire en France. Son contenu est détaillé dans un précédent article. La mise en conformité peut faire peur au premier abord car son périmètre couvre plusieurs normes et bonnes pratiques en termes de sécurité, de gestion des services informatiques et de protection des données à caractère personnel. Cet article propose quelques conseils pour aborder sereinement un projet de certification.

Les certifications ont le vent en poupe aussi bien pour les personnes que pour les infrastructures ou les applications Cloud. Encouragées par les régulateurs, notamment au travers du règlement général de protection des données personnelles, l’objectif est de renforcer la confiance des clients sur le niveau de sécurité des fournisseurs. La CSA (Cloud Security Alliance) propose une version renforcée de sa certification STAR avec un système de vérification continue. L’idée est d’aller plus loin que les certifications ou attestations classiques (ISO 27001 ou ISAE 3402) en imposant un système de contrôle permanent comprenant des indicateurs de sécurité validés et transmis régulièrement aux auditeurs.