Le manque de ressources humaines en cybersécurité est une réalité qui se vérifie aux Etats-Unis comme en Europe. Le déséquilibre entre l’offre et la demande semble se creuser (voir le 8ème Global Information Security Workforce Study publié par Booz Allen Hamilton). La majorité des professionnels du secteur estiment ne pas disposer de suffisamment de ressources. Les raisons avancées sont le manque de personnes qualifiées et disponibles, des exigences mal comprises par la direction, des budgets insuffisants, la difficulté à retenir les personnes en place et l’absence d’informations sur les évolutions de carrière.

Face à ce constat, le CISO (Chief Information Security Officer) / RSSI (Responsable Sécurité Système d’Information) qui fait face à la nécessité d’étoffer ses équipes doit travailler sur plusieurs axes.

Plusieurs études ainsi que les retours d’expériences des grands donneurs d’ordre mettent en avant le manque de ressources humaines en cybersécurité. CISO, architectes, chefs de projets, analystes SOC, spécialistes analyses de risques, auditeurs, investigateurs numériques : compétences et expériences attendues sont très différentes suivant les postes. Des référentiels existent pour décrire, catégoriser et mesurer les niveaux requis. Ils complètent à cet égard les nombreuses certifications professionnelles disponibles dans ce domaine, massivement utilisées depuis longue date aux Etats-Unis et depuis quelques années en Europe. Ces référentiels et certifications sont des sources très utiles pour les groupes de toute taille qui souhaite formaliser leur grille de métiers en cybersécurité et proposer à leurs employés des parcours de formation.