EBIOS est une méthode d’analyse de risques développée dans sa version initiale par la DCSSI (direction centrale) devenue ANSSI (agence nationale). Cette méthode qui a évolué d’EBIOS 2010 vers EBIOS Risk Manager est couramment utilisée dans le cadre des homologations (défense, référentiel général de sécurité, activités d’importance vitales…), pour certifier ISO 27001 les systèmes de management de la sécurité ISO 27001 (mais également les certifications Cloud) ou établir des attestations de conformité (SOC for Cybersecurity par exemple) L’analyse et le traitement des risques sont des activités de fond pour tout professionnel de la sécurité car il s’agit d’adapter les mesures de sécurité au niveau requis. EBIOS Risk Manager peut par conséquent être suivie dans un cadre plus large que les homologations et les certifications.EBIOS est une méthode d’analyse de risques développée dans sa version initiale par la DCSSI (direction centrale) devenue ANSSI (agence nationale). Cette méthode qui a évolué d’EBIOS 2010 vers EBIOS Risk Manager est couramment utilisée dans le cadre des homologations (défense, référentiel général de sécurité, activités d’importance vitales…), pour certifier ISO 27001 les systèmes de management de la sécurité ISO 27001 (mais également les certifications Cloud) ou établir des attestations de conformité (SOC for Cybersecurity par exemple) L’analyse et le traitement des risques sont des activités de fond pour tout professionnel de la sécurité car il s’agit d’adapter les mesures de sécurité au niveau requis. EBIOS Risk Manager peut par conséquent être suivie dans un cadre plus large que les homologations et les certifications.

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est régulièrement revu par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 2 qui traite de la sécurité des biens (ou actifs) et représente 10% du programme.

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est régulièrement revu par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 3 qui traite de la sécurité des architectures et de l’ingénierie. Il représente 13 % du programme.

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est régulièrement revu par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 4 qui traite de la sécurité des réseaux. Il représente 14 % du programme.

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est régulièrement revu par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 5 qui traite de la sécurité des identités et des accès. Il représente 13 % du programme.

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est régulièrement revu par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 6 qui traite de l’évaluation et des tests de sécurité. Il représente 12 % du programme.

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est revu régulièrement par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 1 qui traite de la sécurité et la gestion des risques. Il représente 15% du programme.

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est régulièrement revu par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 7 qui traite de la sécurité des opérations. Il représente 13 % du programme..

Le CISSP est la certification la plus reconnue dans le monde de la cybersécurité. L’examen est exigeant et demande un travail préparatoire soutenu quel que soit le mode choisi (voir les conseils de préparation). Le programme officiel (Common Body of Knowledge) est régulièrement revu par l’(ISC)2. Son contenu est très large. Il couvre de nombreux concepts, pratiques et techniques couramment utilisés en cybersécurité qu’un professionnel compétent doit connaitre, sans pour autant en être un expert. On dit souvent que le CISSP est « surfacique » : beaucoup de connaissances, jusqu’à la sécurité physique sont abordées sans être approfondies. Le champ des questions possibles est très large. Cet article est consacré au domaine 8 qui traite de la sécurité des développements applicatifs. Il représente 10 % du programme.

L’association américaine AICPA qui représente les professions comptables (Certified Public Accountant) est active depuis de nombreuses années dans le domaine du contrôle interne et plus spécifiquement de la sécurité des systèmes d’information. A l’origine SAS 70 remplacé par le standard américain SSAE, et généralisé avec les certifications internationales ISAE 3402, les rapports « SOC » 1, 2 et 3 sont destinés à renforcer la confiance entre le client et son fournisseurs, sur les aspects financiers et sécurité. Ces niveaux de certification trouvent toute leur place dans le cadre des programmes de migrations massives vers les solutions de Cloud Public des groupes publics et privés. L’AICPA a mis au point un nouveau référentiel « SOC for Cybersecurity » que cet article se propose de présenter.

L’utilisation des services de Cloud (IaaS, PaaS et SaaS) est en plein essor aussi bien dans les grands groupes que dans les petites organisations. Agilité, automatisation et efficacité amènent beaucoup de souplesse pour aligner l’informatique aux besoins des métiers. Les professionnels de la sécurité doivent s’adapter pour protéger ces environnements qu’ils soient publics ou privés. Deux grands axes de montée en compétence se dégagent. Le premier consiste à acquérir les concepts et réflexes clés : ce sont les objectifs des certifications CCSP et CCSK. La deuxième possibilité est de se concentrer sur une solution en passant les certifications proposées par les grands acteurs du marché en particulier américains (AWS, Microsoft Azure, Google). Cet article donne quelques conseils pour préparer et réussir les certifications CCSK et CSSP.